Skip to content

Nouvelles

Tripar dans les années 70 : Poursuite de la croissance et exportation des triomphes

Introduction

Alors que la ca croissance continue des ventes a entraîné le besoin de supplémentaires espace, en 1972, Tripar a procédé à un un troisième agrandissement de 12 000 pieds carrés, ce qui porte sa superficie totale à 45 000 pieds carrés.

La décennie de l'exportation: États-Unis et Royaume-Uni

Les années 70 sont celles où Tripar a commencé à exporter sur deux fronts, principalement en obtenant des distributeurs aux États-Unis et au Royaume-Uni.

ÉTATS-UNIS: Tripar a choisi IW Industries comme distributeur.ou, localisé à Melville, New York. Murray Cohen à IW était responsable pour ajouter beaucoup de pièces de lampes et d’éclairages de Tripar dans son propre catalogue.

IW Catalogue 50+ pages worth of Tripar parts
Catalogue IW 50+ pages de pièces Tripar
Catalogue IW présentant les pièces d'éclairage Tripar

Le fait qu’IW soit le distributeur de Tripar a permis une pénétration aux États-Unis, IW achetant des quantités importantes de nombreuses pièces de Tripar et les stockant aux États-Unis pour les revendre aux petits fabricants américains d’appareils d’éclairage et de lampes. En fait, sur les 191 pages du catalogue d’IW, 57 sont consacrées aux estampages, dont la majorité fabriquée par Tripar. En fait, IW a utilisé les numéros de pièces de Tripar pour ces produits, en ajouté un préfixe « 4- » pour désigner Tripar comme fournisseur n° 4.

ROYAUME-UNI : Tripar à choisi Duba, propriété de Philip Frush, comme distributeur pour le Royaume-Uni, en suivant les mêmes pratiques et objectifs que ceux d’IW. La seule différence réside dans les frais d’expédition, qui contrairement aux frais de transport sont abordables et des envois fréquents des envois par camion à IW à New York et des envois par avions vers le Royaume-Uni étaient prohibitif. Le regroupement périodique d’un nombre suffisant de commandes dans un conteneur complet était donc la seule solution possible.

Durant cette décennie, Tripar s’est également lancé dans le développement de deux nouveaux produits en dehors de l’éclairage;

1. Stand Steno: Il s’agit d’un support pliable et réglable qui permet de tenir les feuilles volantes à la verticale, selon l’angle choisi par la « dactylo » pour transcrire ce qui est écrit sur les feuilles sur sa machine à écrire (sans être sexiste, c’est comme ça que ça se passait dans les années 70!)

Support Steno
Support de sténo utilisé pour la transcription des notes

2. Cendrier: Le tabagisme étant beaucoup plus répandu et accepté qu’aujourd’hui, Tripar n’a pas seulement vendu des pièces de cendrier, mais a également développé une gamme de cendriers. Il s’agissait d’utiliser l’une de ses boules embouties (environ 3 pouces de diamètre), de basculer l’ouverture sur le côté, de souder par points une base pour empêcher la boule de rouler, et d’ajouter une trappe avec un petit museau à l’avant. Lorsque la trappe était ouverte, elle reposait à l’horizontale, laissant le petit museau sur lequel reposait la cigarette et sur lequel tombaient les cendres. Une fois la cigarette consumée, la trappe était relevée, ce qui permettait aux cendres et aux mégots de tomber dans la boule. Ces boules étaient bien sûr disponibles dans les couleurs vives et criardes en vogue dans les années 70: orange, vert citron et violet, pour n’en citer que quelques-unes. À l’époque, il n’était pas rare de voir les opérateurs de presse de Tripar fumer devant leur machine avec ces cendriers posés sur la table de presse.  

Adhésion de Tripar à la FCEI

Sans rapport avec Tripar, mais certainement un moment important pour le fondateur Ben, a été sa découverte de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), dont Tripar est membre depuis plus de 50 ans maintenant, et dont l’adhésion est prolongée d’une année supplémentaire. avant avant son existence! Comment cela est-il possible?

L’histoire raconte que mon père lisait le journal dans la baignoire et qu’il a été stimulé par un article sur la politique fiscale du gouvernement canadien à l’égard des entreprises, écrit par un certain John Bulloch. Mon père a retrouvé John et lui a écrit une lettre dans laquelle il sympathisait avec certains de ses points de vue et lui demandait s’il pouvait l’aider. C’est ainsi que John a créé la FCEI, une fédération à but non lucratif qui a pour mission d’aider les petites entreprises à se débrouiller dans les méandres de la bureaucratie et de faire pression sur les gouvernements pour qu’ils adoptent des politiques qui favorisent la prospérité des petites entreprises (et qui, en fin de compte, emploient davantage de personnes grâce à leur succès, ce qui, à son tour, aide le gouvernement en termes de recettes générées par l’impôt sur le revenu des personnes physiques). Tripar à donc rejoint la FCEI un an avant sa création! Ben a également siégé au conseil d’administration de la FCEI pendant de nombreuses années et est resté membre fondateur, ou plutôt depuis un an avant la création officielle de la FCEI.

Lloyd apprend l'entreprise familiale

C’est à la fin des années 70 que j’ai obtenu mon diplôme de fin d’études secondaires, en 1978 pour être exact. J’ai eu la chance de savoir ce que je voulais faire quand je serais « grand » (en dehors d’être astronaute ou pilote de course), c’était ingénieur en mécanique. La voie habituelle pour cela était d’aller au CEGEP (le programme collégial du Québec) en sciences pures et appliquées pendant deux ans, ce qui était le précurseur pour permettre l’entrée dans de nombreux programmes universitaires de sciences et d’ingénierie. Sachant que mon objectif ultime était de devenir ingénieur en mécanique, j’ai décidé de suivre un programme de trois ans au CEGEP pour devenir d’abord technologue en génie mécanique. Bien que cela ajoute une année supplémentaire à mes études, j’ai pensé que le fait d’avoir suivi plus tôt et de manière ciblée des cours liés au génie mécanique serait plus bénéfique en fin de compte.

Cela m’a bien sûr permis d’être plus « utile » à Tripar. J’ai donc commencé à travailler à temps partiel pendant mes études, ainsi que pendant les vacances d’été, dans le service de maintenance. Le travail y étant très moins répétitif, il était à la fois plus intéressant et me donnait l’occasion d’apprendre des choses telles que le soudage et l’usinage, et finalement l’atelier d’outillage, où j’ai beaucoup appris sur les matrices et la fabrication d’outils.

1979 n’était pas seulement le 30e de Tripar, mais aussi l’année de son quatrième agrandissement. anniversaire de Tripar, mais aussi l’année de son quatrième agrandissement, qui a ajouté 22 500 pieds carrés à sa superficie.et et apportant sa nouvelle surface à 67 500 pieds carrés.

Continuer la lecture

Vous pourriez également être intéressé par les articles suivants

Tripar Building in the 60s

Tripar dans les années 60: une expansion rapide

Cette série se poursuit avec la deuxième décennie. Tripar est rapidement grandi et a ensuite déménagé dans l'est de Montréal, où sa première usine en propriété a été érigée.
Lire l'article
Hayes-Ave-Tripars-first-location

Fondation de Tripar et premières années (1949-59)

Cet article présente les expérience du fondateur Ben Sevack, de l'Angleterre à Montréal, au cours des années charnières de 1923 à 1949. En outre, nous pencherons beaucoup plus sur la
Lire l'article

Célébration de 75 ans d’excellence

Montreal, Quebec –Tripar est ravi d’annoncer son 75e anniversaire en tant que chef de file mondial en estampage de métaux et de fabrication CNC. Aujourd’hui marque une étape importante en
Lire l'article

Vous recherchez des informations spécifiques ou avez besoin d'un produit sur mesure?

Contactez-nous aujourd'hui et un de nos représentants vous répondra avec un devis.